Élaboration de lignes directrices fondées sur les données probantes pour promouvoir une intervention efficace

Élaboration de lignes directrices fondées sur les données probantes pour promouvoir une intervention efficace

Les 21 et 22 mars 2019, le Réseau des Praticiens Canadiens pour la Prévention de la Radicalisation et de l’Extrémisme Violent s’est associé à la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents pour organiser un atelier de deux jours sur l’élaboration de lignes directrices pour la pratique, basées sur les données probantes pour la prévention et l’intervention, en ligne et hors ligne, en matière de radicalisation violente.

 

OTTAWA, le 11 avril 2019, 17:00, EST/ Le Réseau des Praticiens Canadiens pour la Prévention de la Radicalisation et de l’Extrémisme Violent (RPC-PREV; https://cpnprev.ca/?lang=fr) et la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents (UNESCO-PREV) en collaboration avec le Projet SOMEONE, l’équipe de Recherche et Action sur les Polarisations Sociales (RAPS), the Organization for the Prevention of Violence (OPV), Child and Youth Refugee Research Coalition (CYRRC), Canadian Network for Research on Terrorism, Security and Society (TSAS) et le Centre canadien d’engagement communautaire et de prévention de la violence (CCECPV) de Sécurité Publique Canada, ont tenu un atelier de deux jours sur l’élaboration de lignes directrices pour la pratique basée sur les données probantes en matière de prévention et de lutte contre la radicalisation violente (P/LEV), en ligne et hors ligne.

Les experts invités comprenaient des universitaires, des chercheurs, des praticiens de tous les secteurs (éducation, application de la loi, engagement des jeunes, politique, gouvernement, santé et services sociaux, leaders communautaires, etc.) du Comité international d’élaboration de lignes directrices consensuelles (CIELDC; https://cpnprev.ca/comite-international/?lang=fr/) et du Comité canadien pour l’élaboration de lignes directrices consensuelles (CCELDC; https://cpnprev.ca/comite-canadien/?lang=fr/) sur la prévention de la radicalisation et la violence extrémiste.

Au cours de cet atelier, ces experts ont travaillé en groupes pour discuter les conclusions des rapports des trois revues systématiques conduites par le RPC-PREV, commenter les recommandations pour les meilleures pratiques, déterminer les domaines où la recherche fait défaut et planifier une approche politique et de recherche pour combler ces lacunes. Ils ont également été invités à partager leur expertise sur les moyens d’atténuer les impacts négatifs de l’exposition à des contenus extrémistes violents sur Internet/médias sociaux et à discuter des pratiques de prévention (primaires, secondaires) et d’intervention (tertiaires) dans le domaine.

« Nous ne pouvons pas négliger l’importance de l’interconnexion entre les contextes locaux et international dans ce domaine. [Cette interconnexion] exige de miser sur les échanges et la collaboration, notamment entre les pays du Nord et du Sud. Ces journées de travail nous ont, par exemple, permis de bénéficier de l’expérience africaine dans ce domaine qui a été riche d’enseignements. » – David Morin, titulaire de la Chaire UNESCO-PREV

Cet atelier est le point de départ d’un processus DELPHI soutenu et dirigé par le RPC-PREV, qui se déroulera tout au long de l’année prochaine afin de mettre en place des lignes directrices sur les meilleures pratiques basées sur les données probantes en matière de prévention et d’intervention en ligne et hors ligne en cas de radicalisation violente.

« La prévention de la radicalisation violente est confrontée à d’importants défis en raison du manque de preuves empiriques solides et intégrées, ainsi que de l’écart marqué entre les sphères de la recherche, des politiques et des médias, et les nombreuses pratiques de prévention et d’intervention existantes dans le monde. Ce fossé est encore plus profond lorsqu’il s’agit de relier les chercheurs et les praticiens du « Nord » et du « Sud » autour de programmes et de pratiques existants. Nous espérons que nous contribuerons à combler ces divisions et ces lacunes grâce aux efforts soutenus de tous les membres du CCELDC et du CIELDC pour élaborer des lignes directrices sur les meilleures pratiques fondées sur des données probantes qui soient significatives et applicables à des contextes spécifiques » – Ghayda Hassan, directrice et fondatrice du RPC-PREV, cotitulaire de la Chaire UNESCO-PREV

Les lignes directrices seront disponibles au printemps/été 2020.

 

 

À propos du Réseau des Praticiens Canadiens pour la Prévention de la Radicalisation et de l’Extrémisme Violent (RPC-PREV)

Le Réseau des praticiens canadiens pour la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent (RPC-PREV) est une organisation pancanadienne basée à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) à Montréal, Québec. Le RPC-PREV soutient la collaboration concertée, le développement des compétences et la mobilisation des connaissances entre les secteurs clés et les parties prenantes par le biais d’une approche multidisciplinaire et multisectorielle à l’échelle nationale pour prévenir la radicalisation et l’extrémisme violent. Notre objectif est de faire progresser le leadership canadien et de développer l’excellence dans la lutte contre la radicalisation violente en appuyant les pratiques exemplaires et la collaboration entre les équipes d’intervention, grâce à une mobilisation soutenue des connaissances entre les secteurs de la recherche, de la pratique, des politiques et des communautés.

https://cpnprev.ca/?lang=fr

 

À propos de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents

La Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents (UNESCO-PREV) a été créée à l’automne 2017. La chaire UNESCO-PREV a pour principale mission d’agir en tant que centre d’excellence afin de développer, partager et promouvoir la recherche et les actions dans le contexte de la prévention primaire, secondaire et tertiaire de la radicalisation et de l’extrémisme violents. Il assure une coopération étroite entre les chercheurs et les communautés de pratique dans une perspective comparative, multidisciplinaire et nord-sud.

http://chaireunesco-prev.ca/

 

Contacts

Réseau des Praticiens Canadiens pour la Prévention de la Radicalisation et de l’Extrémisme Violent

Marie-Eve Gosselin, Coordonnatrice de la mobilisation des connaissances et des relations publiques
+1 514-621-0398
gosselin.marie-eve@uqam.ca

ou

Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents

Pablo Madriaza, Coordonnateur général
+1 438-992-2380
madriaza.pablo@uqam.ca

 

Laisser un commentaire