Outils

Alors que le dépistage, l’évaluation et le signalement de diverses formes de radicalisation et d’extrémisme violent ont d’abord été dirigés par les services de sécurité et de renseignement, de nombreux gouvernements exercent une pression accrue sur les praticiens des services éducatifs, communautaires, de la santé et des services sociaux pour qu’ils « détectent »; et signalent les personnes vulnérables à la violence radicalisée.

Toutefois, les preuves scientifiques démontrent de plus en plus l’échec et les dangers associés à l’approche du dépistage. Les effets néfastes sur les individus et les communautés comprennent le taux élevé de faux positifs (fausses accusations) et la stigmatisation qui s’ensuit, le sentiment d’ostracisme des communautés ciblées, ainsi que l’effet paralysant lié à l’atmosphère de surveillance et de dénonciation dans des milieux auparavant fiables comme les écoles, les établissements de santé et les espaces communautaires.

Au cours de l’année à venir, le RCP-PREV fournira une évaluation critique complète de l’état des données probantes sur la fiabilité, la validité, la sensibilité et les résultats des outils et procédures de dépistage et d’évaluation des personnes exposées à la radicalisation et à l’extrémisme violent.

Le RPC-PREV soulignera ensuite QUOI NE PAS FAIRE et formulera des recommandations fondées sur des données probantes sur CE QU’IL FAUT FAIRE pour une évaluation adéquate des personnes à risque.

En avril 2018, Affaires mondiales Canada a octroyé des fonds à la Chaire UNESCO-PREV afin de créer une formation en ligne ouverte à tous (FLOT) intitulée « From Hate to Hope» (de la haine à l’espoir) qui se base sur la recherche de pointe dans plusieurs domaines des sciences humaines et sociales pour trouver des stratégies qui développent de la résilience contre la haine avec des dialogues pluralistes. Les ressources mises en avant ici comprennent sept vidéos (tous sont disponibles en anglais, en français et en arabe) qui ont été créés dans le cadre de la formation « From Hate to Hope» (de la haine à l’espoir), où on entend les voix d’experts en extrémisme, en sciences politiques, en psychologie, en religion, en sciences humaines, en sciences de l’éducation, en pédagogie basée sur les pratiques artistiques, en sociologie, en études des médias et en informatique qui discutent des multiples facettes de la lutte contre la haine et des possibilités de créer des activités efficaces de prévention primaire dans les contextes scolaires et universitaires aussi bien que dans les espaces publics.

Le traitement médiatique des tueries de masse constitue un processus délicat, mais nécessaire pour toutes citoyennes et tous citoyens ayant droit à une information de qualité. La médiatisation de ces évènements peut néanmoins engendrer des répercussions négatives tant sur la santé de la population que sur celle des journalistes affectés à couvrir ces évènements.Une couverture adéquate des tueries pourrait tout de même limiter les répercussions négatives de la médiatisation de ces homicides sur la santé.

La stratége nationle de lutte contre la radicalisation à la violence s’engage auprès de divers acteurs de la police aux organismes communautaires pour identifier et prévenir la radicalisation à la violence avant que des tragédies ne surviennent. Il existe des connaissances, une expérience, une expertise et des preuves considérables aux niveaux local, national et international pour s’appuyer sur l’élaboration d’approches visant à contrer la radicalisation à la violence. Dans ce contexte, la stratégie nationale de lutte contre la radicalisation à la violence identifie les domaines où l’expertise et les capacités existent, et comment le gouvernement du Canada et ses partenaires investissent pour améliorer nos
forces collectives.

Ce cahier a été conçu pour la conférence Partenariat dans la Pratique : Prévenir
les Polarisations Sociales qui a eu lieu à Edmonton du 30 novembre au 3 décembre 2018. Il comprend un ensemble d’activités pour aider à intégrer et à organiser les informations recueillis par les participants. 

Il fournira un appui pour consolider les idées principales issues des événements formels et des conversations informelles que vous aurez avec des chercheurs, des praticiens et d’autres jeunes.

Ce cahier de travail est conçu comme un outil où vous pouvez poser vos pensées
et compléter quelques exercices afin de développer votre compréhension personnelle des concepts que vous entendrez avant, pendant et après les présentations et les activités.

Dans le cadre du Plan d’action gouvernemental 2015-2018 – La radicalisation au Québec : agir, prévenir, détecter et vivre ensemble, SHERPA, le centre de recherche affilié à Institut Universitaire au regard des communautés ethnoculturelles du CIUSSS Centre-Ouest-de-l’Île-de Montréal, a élaboré, en collaboration avec la Direction des services d’accueil et d’éducation interculturelle du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, une formation portant sur la radicalisation violente chez les jeunes au Québec. Ce guide souhaite faire le lien entre cette formation et les orientations de l’éducation interculturelle, mises de l’avant par le MEES, afin de soutenir le personnel scolaire dans la mise en place d’actions efficaces à cet égard, notamment en favorisant le vivre-ensemble.