PARTENARIATS RPC-PREV

RPC-PREV a développé des partenariats avec diverses institutions, des organisations affiliées à la recherche et des organisations communautaires afin de mieux comprendre la nature complexe de la radicalisation et de l’extrémisme violent et de formuler des recommandations efficaces pour la pratique sur le terrain. 

Nous sommes fiers de reconnaître nos partenaires suivants:

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre- Ouest-de-l’Île-de- Montréal a été nommé Institut universitaire au regard des communautés ethnoculturelles par le ministère de la Santé et des Services sociaux. En tant qu’Institut universitaire, le CIUSSS CODIM et son centre de recherche SHERPA, ont le mandat de soutenir le développement et la mobilisation des
connaissances en matière d’intervention sociale et de santé en contexte de pluriethnicité. À cet égard, le CIUSSS CODIM est une référence reconnue en services de santé et services sociaux dans le domaine de l’interculturel.

Hedayah a été créée pour répondre au souhait croissant des membres du Forum mondial de la lutte contre le terrorisme (GCTF) et de la communauté internationale pour la création d’un centre multilatéral indépendant consacré au dialogue et aux communications, aux programmes de renforcement des compétences, à la recherche et aux analyses visant à lutter contre l’extrémisme violent sous toutes ses formes et ses manifestations. Hedayah a pour objectif de devenir le premier centre international d’expertise et d’expérience en matière de lutte contre l’extrémisme violent en favorisant la compréhension et le partage de bonnes pratiques afin de servir efficacement de véritable centre mondial de lutte contre l’extrémisme violent.

L’Organisation pour la prévention de la violence est une organisation non gouvernementale dirigée par une communauté d’experts. Ils participent à des activités de recherche et de prévention visant à lutter contre l’extrémisme violent. Pour atteindre cet objectif, ils travaillent en étroite collaboration avec les communautés, les fournisseurs de services sociaux et avec tous les niveaux de gouvernement.

 

Le Centre canadien d’engagement communautaire et de prévention de la violence (ou le Centre canadien) exerce un leadership national en ce qui concerne les actions que prend le Canada pour prévenir la radicalisation menant à la violence. Sous le portefeuille de Sécurité publique Canada, le Centre canadien travaille avec tous les ordres de gouvernement, les organismes à but non lucratif, les collectivités, les jeunes, les praticiens de première ligne, le milieu universitaire, les services chargés de l’application de la loi et les organisations internationales.

L’équipe de Recherche et Action sur les Polarisation Sociales (RAPS, faisant partie de SHERPA) regroupe des chercheurs et des partenaires de différentes disciplines, notamment l’éducation, la santé, l’organisation communautaire, les arts et les décideurs politiques. Ce partenariat vise à aligner la production de connaissances et les problèmes locaux dans un processus de co-construction afin de garantir une compréhension approfondie et des actions reflétant l’aspect systémique de la
radicalisation violente.

SHERPA est le centre de recherche de l’Institut universitaire au regard des
communautés culturelles du CIUSSS Centre-Ouest-de-l’île-de-Montréal. Les travaux, les réflexions et les nouvelles pratiques développés au SHERPA conjuguent les savoirs du milieu de pratique et du milieu universitaire et s’orientent principalement autour de l’adaptation de l’intervention de première ligne en contexte de pluriethnicité.

L’initiative SOMEONE (SOcial Media EducatiON Everyday), dirigée par le Dr. Vivek Venkatesh, repose sur la pédagogie publique et encourage l’adoption inclusive des médias mobiles et numériques par les membres du public afin de créer des récits alternatifs aux messages de division et violents véhiculés par les groupes haineux.
La vision de SOMEONE est de renforcer la sensibilisation et la résilience, de créer un espace de dialogue et de lutter contre la haine en ligne par le biais de projets ciblant les jeunes, les membres des écoles et des communautés, les responsables des politiques publiques ainsi que le grand public.

Le réseau des chaires UNESCO s’appuie sur la collaboration pour faire progresser la formation, la recherche et le développement de programmes dans l’enseignement supérieur. Le réseau canadien compte 23 chaires UNESCO dans 16 universités et un collège. Ses projets dans les domaines de l’éducation, de la culture, de la communication, de l’information et des sciences naturelles, sociales et humaines renforcent les capacités par l’échange de connaissances, encouragent la coopération Nord-Sud et Sud-Sud, réalisent les objectifs de l’UNESCO, identifient des solutions aux problèmes sociaux critiques, établissent de nouveaux programmes d’enseignement et permettent d’effectuer du travail efficace et exemplaire.

L’Université du Québec à Montréal (UQAM) est une université publique de langue française dont le rayonnement est international. L’originalité et les caractéristiques propres de ses programmes, sa recherche de pointe souvent axée sur les préoccupations sociales ainsi que ses innovations en création ont contribué à bâtir sa renommée.